L’efficacité des mathématiques, réflexion naïve d’un enfant

 

Nous venons de voir, dans notre dernier article comment l’essence des mathématiques serait incriminée directement dans l’élaboration de l’histoire architectural de l’enceinte de notre univers, depuis sa phase primordiale, dite formel, jusqu’au bout de sa phase différentiée et massive, qui forge les rugosités évolutives du monde sensible, et notamment la pensée mathématiques elle-même, qui ne fait que remonter l’itinéraire de la trame neuronal dont elle émane. 

 

C’est à travers ce splendide scénario, que la nature performe ses symétries plus ou moins complexes, que la pensée mathématique essaye de raccorder, en un modèle géométrique fondamental, dont la parfaite super-symétrie délivrerait toutes les symétries, dérivées partielles, à travers la transcription géométrique d’une simple et unique équation primordiale, élaborée par la simple réflexion naïve d’un enfant, qui catégorise l’intelligibilité du sens élémentaire des bouts de ses doigts, en une série d’ensembles, dont la combinaison matricielle, contrebalancerait dans un équilibre parfait, le déploiement numérique de l’arbre généalogique des ingrédients de base de la matière entre les deux bouts extrêmes de l’enceinte de notre univers, dans un ordre entretenu symboliquement, par la complétude matricielle du corps topologique de la droite réelle. Cette dernière représente finalement l’étalon topologique universel, sur lequel devraient se rapporter aussi bien l’arborisation des interactions electrodynamiques fondamentales des particules élémentaires, que le flux du raisonnement logique de la pensée mathématique. Les deux entités ainsi énoncées, l’une physique réelle, et l’autre mathématique abstraite, sont liées conformément à une loi invariante, régissant le roulement hélicoïdal d’un espace fonctionnel complet, normé et borné, fluctuant entre la singularité géométrique du point, et la super symétrie ambigüe du tore sphérique, objet fondamental, sur lequel devraient se rapporter toutes les intelligibilités physiques ou morales de la nature. C’est ainsi, que nous résumons encore une fois les principes fondamentaux de la grande théorie du tout, dite unificatrice de toutes les forces qui régissent la complétude fonctionnelle de l’enceinte de notre univers, qu’un enfant serait capable de percevoir, à travers la simple gestion pédagogique des bouts de ses doigts. EDDAAL.A

CONTACT:

EMAIL: papavaudou@yahoo.fr
Tel: 00229 9856 6657
skype: papa vaudou
http://www.maitreocculte.com/
http://maitreocculte.onlc.fr/